Une étude révèle que le second enfant est plus problématique que le premier. Et ça fait sens